「Japan 3rd Trip」 Vol.1 (16-17 Octobre)

Avant de débuter le récit de mon 3e voyage au Japon, je tiens à rappeller que vous trouverez sûrement des similitudes avec ce récit écrit et le documentaire « Nihon no Aki » que je prépare. Le documentaire sera plus complet et plus détaillé mais moins personnel aussi (documentaire oblige).

Lundi 15 Octobre

Après quasiment une nuit blanche (1h de sommeil) parce que je travaillais encore sur le mixage de mon album « Instinctif », on se lève (mon père et moi, il m’a accompagné pour la 3e fois) à 3h30 et direction l’aéroport de Lyon, le Saint-Exupéry. Nous arrivons avec bien 3 heures d’avance, on a loupé le vol la première fois donc on n’a pas trop envie que ça se réitère. Le départ est fixé à 10h05, s’ensuit une escale rapide à Vienne et nous nous envolons à 13h30 pour un long trajet de 11h. Quand nous arriverons au Japon, il sera juste 7h40 donc autant dire que le décalage risque de faire mal et c’est bien connu dormir dans l’avion c’est mission impossible pour moi. Je dors 3h, 4h peut-être (je ne me rappelle plus) mais par contre j’ai été assez content de voir que l’avion était pas trop rempli, ce qui permettait de pouvoir s’allonger de temps en temps.

Arrivée à Narita à 7h40 avec un moment que j’apprécie toujours, qui me rappelle que je viens juste d’arriver et que l’aventure commence juste!

Petite pause clope oblige, j’ai pas mal au ventre mais je me sens un peu ballonné et j’avais pas touché au dernier plateau repas dans l’avion (je l’avais pressenti). Pas plus affecté que ça, je me prends un café chaud dans un des nombreux distributeurs automatiques. Ce que j’aurai dû éviter à peine 5 minutes après, je gerbe dans un coin derrière la Smoking Area… Par la suite et pour la première fois en voyage, je me suis retrouvé bien 3 jours sans avoir vraiment « faim », la tentation de tout ces plats était grande mais rien n’y fait, j’ai pas envie. Petite anecdote dans la Smoking Area, j’ai discuté avec un français (de Paris) qui faisait du son mais pas du tout mon style lol (house, techno…). Il m’expliquait qu’il faisait le chemin retour et qu’il avait mixé lors de quelques soirées sur Tokyo, enfin le mec n’était pas du tout intéressant comme la plupart des français que je rencontrerai lors de ces 10 jours. Et c’est pas pour critiquer mais beaucoup étaient assez snobs (et de Paris lol).

Passé cet épisode assez mouvementé, il est temps de rejoindre Tokyo avec le fameux et appréciable « Skyliner ». Un service ferroviaire reliant Tokyo à l’aéroport Narita et géré par la compagnie Keisei. Nous nous rendons à Ueno en une quarantaine de minutes pour à peu près 2400¥ (100¥ =0,99€). Pourquoi Ueno? Parce que l’accessibilité et la richesse de son quartier réunissent deux avantages assez conséquents pour un voyage au Japon (surtout si on ne parle pas japonais).

Notre hôtel est le New Tohouku et se situe à moins de 5 minutes de la station de Ueno, ce qui est vraiment parfait pour bouger sans marcher des heures. Un cadre assez sympa, mis à part les cloisons qui laissaient passer les ronflements de mon voisin. Une gérante ayant presque la soixantaine et très serviable, elle baratinait quelques mots français comme « comment allez-vous? », « il fait beau aujourd’hui »… et avez plutôt un bon niveau en anglais ce qui était parfait pour moi. 5 minutes après nous voyons un couple qui descend et qui parle en français, nous rencontrerons encore 3-4 autres français dans cet hôtel (ils se sont passés le mot ou quoi?) dont un supposé caméraman qui faisait des documentaires pour la chaîne Arté.

L’après-midi c’est quartier libre, la fatigue se fait assez ressentir mais l’envie de se promener à nouveau dans Ueno est trop grande pour se reposer et j’aurai toute la nuit pour ça. Je dénote un Tsutuya (store de bouquins, mangas, CD’s, jeux videos, DVD’s…) assez proche de l’hôtel et après avoir bien fouillé dans le rayon Japanese Hip-Hop, je repars avec le dernier album d’Ego et celui de Luna. Je reste quand même assez déçu par les bacs, c’est pas grave je me rattraperais à Castle Records.

C’est l’occasion aussi de faire un petit tour dans le parc de Ueno et dans les alentours. Retour à l’hôtel en fin d’aprem et une sieste s’impose, j’avais prévu d’aller dans une boîte connue des hip-hops heads à Tokyo: IKB Bed. Ce soir-là il y a un event avec deux rappeuses japonaises que j’apprécie, Acharu et Luna. Petite bouffe dans un restaurant appellé le Suikoden qui est proche de notre hôtel et qui se révèlera être un lieu de nouvelles rencontres et d’amitiés.

Il est déjà 21h, il est tard et je sais que la soirée a commencé y’a une heure et que je suis peut-être en train de louper le show, je prends le métro jusqu’à Ikebukuro et comme un con j’avais oublié de noter l’adresse. Obliger de trouver un spot wifi, de récupérer l’adresse et de demander. Il est 22h, je m’arrête devant un restaurant où une femme est en train de nettoyer les vitres et je lui demande de l’aide avec l’adresse que j’ai noté. Elle me dit « chotto matte… », elle descend et revient quelques secondes plus tard avec un Ipad. Elle note l’adresse et regarde le trajet à faire. Après quelques secondes de réflexion, elle me fait signe de la suivre et non je ne rêve pas, elle va m’amener jusqu’à ma destination (j’en déduis que ce n’est pas non plus trop trop loin) et va suivre son Ipad sur une distance de 300 mètres. Une fois dans la bonne rue, je repère le logo du IKB Bed. Je lui lance deux, trois « arigato gozaimasu » suivi de quelques courbettes, elle fait de même et tout ça avec le sourire. Je reste toujours en admiration devant la gentillesse et la serviabilité des japonais à Tokyo qui se plient souvent en quatre et sont toujours là pour essayer de vous aider même s’ils ne parlent pas tous anglais.

Je rentre dans la boîte, paye mon entrée avec une conso offerte et je me rends compte à mon plus grand regret qu’Acharu et Luna sont déjà passées et que la boîte est quasiment vide (une vingtaine de personnes à tout casser). Un deejay passe du son japonais mais surtout cainri, je me rappellerai surtout de « Careful (Click, Click) » du Wu-Tang Clan pendant que la gogo danceuse Yozora se trémousse dans tout les sens sur sa barre.

Je reste deux bonnes heures, discute avec un mec qui portait un tee-shirt de The Sexorcist et repart en taxi vu l’heure tardive pour rentrer à Ueno et surtout dormir pour être en forme le lendemain.

—————

Mercredi 17 Octobre

Réveil à 8h avec en prévision le Ueno Zoo, vous allez me dire quel intérêt d’aller au zoo au Japon? Bah pour vous répondre le seul argument fut le panda, cela fait deux ans qu’on y passe à côté et il me tardait de voir ces magnifiques bêtes. Par la même occasion nous en avons profité pour regarder les autres animaux (pas tous, le parc est assez immense), je voulais voir le « petit panda » alias le panda roux mais il s’est montré invisible, j’avais pu l’appercevoir au zoo de Taipei il y a 4 ans.

Tigres, gorilles, ours japonais…

Pour la dernière photo je l’ai prise car la fille n’arrêtait pas de vouloir tenir la main du garçon, un peu d’amour dans ce monde de brutes!

Après avoir passé quelques heures dans le zoo, nous décidons de bouger en début d’après-midi et faisons des rues que je ne connaissais pas à quelques pas du zoo. Quelques sans-abris et quelques yakuzas je présume viennent égayer ce coin assez tranquille et jonché d’un paquet de « club de filles ». Si vous avez eu l’occasion de regarder le trailer de « Nihon no Aki », je filme un yakuza qui essaie de rabattre des gens, on ne peut pas le louper en plein milieu de la rue. Au moment de passer devant lui, il s’approche et lance un « Japanese gyaru? », « No, thanks ». J’suis pas intéréssé et je ne sais pas où je mets les pieds (et je vais pas payer pour parler avec une femme).

On s’arrête dans un restaurant où je repère direct qu’il y a du Tonkatsu (porc pané accompagné d’une sauce spéciale) et nous prenons le même plat, malheureusement je n’arrive pas à le finir. On avait du riz, du chou, des petits légumes et une sorte de bouillon.

Après petite excursion dans un endroit que j’adore, le marché d’Ameyokocho avec le métro qui passe juste au-dessus!

Voilà pour les deux premiers jours de mon 3e voyage au Japon, rendez-vous au prochain épisode!

Enigmo in New York #1 (Goblin Music Studios, Queens)

(Grand Avenue Newtown, Queens)

Plus d’un mois d’inactivité après, L’Enigmatique est enfin de retour! Je suis rentré il y a une semaine d’un périple américain à New York (19-31 Mars) avec l’intention de visiter un autre pays et un autre continent que l’Asie et surtout la patrie mère du Hip-Hop. Je voulais déjà faire un compte-rendu de mon voyage à Nagoya, le temps a passé et je pense toujours le faire dans le futur mais je préfère commencer par NY. C’est encore tout frais dans ma tête donc autant vous en faire profiter un max maintenant, sur ce qui s’est passé hip-hopement parlant accompagné de quelques anecdotes. Je diviserai ça en 3 chapitres: 1) Studio, 2) Concert et 3) Clip.

Nous sommes le lundi 16 Avril, deuxième semaine du voyage et mon pote Stoupe est arrivé depuis samedi. Une grosse journée nous attend avec le soir (à 18h30) la release party de « Kolexxxion » l’album de DJ Premier & Bumpy Knuckles. Mais avant de penser à tout ça, j’avais plus important à faire > dégoter un studio dans l’après-midi pour poser et mixer le futur morceau d’Heat Tamers avec Termanology. J’avais décidé de poser mon couplet à New York pour être vraiment imprégné de l’atmosphère de cette ville et à l’arrivée j’en ai même changé quelques lyrics pour coller encore plus à l’identité du morceau.

Il est 12h00 passé, après avoir passé un dimanche à essayer de contacter différents studios sans aucun résultat positif, Stoupe et moi-même nous nous remettons à la charge. Je laisse un message vocal sur le répondeur de deux studios (dont un situé à Brooklyn) et je continue mes recherches en me fixant pour but un studio situé pas trop loin de mon quartier et de préférence dans le Queens.

Après avoir avoir recherché sur Google, je décide de regarder sur Twitter avec comme mots-clés #queens #studio et je tombe sur ces tweets de Sadat X (Brand Nubian):

Un studio dans le Queens où Sadat X et Cormega passent enregistrer? Intéressant n’esct-ce pas! Je me mets à chercher le numéro de Goblin Music Studio et par chance je tombe directement sur quelqu’un. Je lui dit que je suis un rappeur français et que je cherche une session pour cette après-midi aux alentours de 15h. Le studio est libre donc la session est bookée, avec Stoupe nous nous retrouvons quasiment à l’heure pile (15h05 allez…) devant la porte de ce qui nous semble être (lol) le Goblin Studio. Nous rentrons et on monte les escaliers accueillis par un magnifique toutou (pitbull? Stoupe pourra confirmer) et une méchante odeur de weed, il me semble bien que nous soyons au bon endroit.

Rencontre donc avec ceux qui s’occupent du studio: One-Take et Spent D’Nero. D’autres personnes sont dans une grande salle à côté, dont un complètement défoncé et qui s’éclate sur une borne d’arcade! Je pars sur une base de 3h de studio (15h-18h) pour ne pas être en retard au concert de Primo & Bumpy Knuckles. Niveau tarot très correct (sachant la qualité que j’ai eu) c’était 40$ l’heure, au final je repars avec un morceau et un freestyle mixés pour 120$ ce qui est plus qu’honnête.

J’attaque directement l’enregistrement de mon verse pour le morceau avec Termanology, moins d’une heure après le verse, les backs et l’outro sont dans la boîte. One-Take s’occupe du mixage pendant une p’tite vingtaine de minutes, on en profite pour chiller avec Spent D’nero. On en vient à parler de Cormega vu que celui-ci était en studio ici-même un jour avant. J’avais en tête le dernier morceau « M.A.R.S » avec Cormega, Action, Roc Marciano et Saigon. Je ne peux m’empêcher d’evoquer ce sujet-là et Spent D’nero est surpris et apprecie apparement! Dans la foulée il nous annoncent que c’est lui qui a mixé ce morceau (produit par Large Professor), c’est surréaliste (le monde est vraiment petit) et nous aurons l’honneur d’écouter le morceau en entier par la suite. Mais la meilleure anecdote restera sûrement celle où Spent D’nero nous avoue qu’à la base ils auraient voulu Redman et Styles P à la place de Roc Marciano et Saigon. En tout cas le morceau final est une grosse bombe, tout les emcees sont à la hauteur même si je pense que Cormega et Saigon remportent la palme pour ma part. Depuis, le morceau est sorti y’a quelques jours sur Soundcloud, je vous invite à le découvrir si ce n’est pas déjà fait:

L’écoute du morceau avec Termanology me procure des frissons, l’écouter avec des enceintes fat et une qualité impeccable ça fait vraiment la différence. Ils connaissent leurs tafs, j’avais entendu au tout début de la rencontre que One-Take était prodo aussi et il me fait écouter quelques beats. Quelle fut ma surprise quand j’ai apperçu Anno Domini Beats!!! Anno Domini Beats est composé de 5 prodos et One-Take en fait partie, beaucoup d’emcees ont posé multitude de tracks (moi aussi) sur leurs instrus qu’on récupérait sur Soundclick. Vu la bonne entente et le bon travail que j’ai accompli avec One-Take j’avais décidé de lui prendre quelques beats (ce que j’ai fait depuis mon retour) et de faire un futur EP sur NY mais ça c’est un autre sujet dont j’aurai l’occasion de reparler dans les prochaines semaines.

Petite session MPC de One-Take:

Il nous restait donc 2 heures encore à écouler en studio et j’avais plus ou moins rien d’autre à poser. J’ai décidé d’écrire un freestyle (un 16) sur un beat de BigMG, avec l’atmosphère qui régnait dans le studio c’était parfait. Après avoir entendu le morceau « M.A.R.S », je ne pouvais pas sortir quelque chose de moyen et j’ai pris du plaisir à écrire ce 16 en plein coeur du Queens. Entre temps petite session « chalice », nous repartirons avec 50$ de buds bien compacts. Je mets à peu près une grosse heure pour écrire mon verse vu qu’entre-temps un rappeur under du Queens : Eff Yoo et un autre gars étaient rentrés dans le studio. Eff Yoo a une tape qui arrive prochainement avec One-Take et Harry Fraud! Le prodo de « Shot Caller » de French Montana qui a collaboré aussi avec Action Bronson risque d’être un des prodos les plus hot du game dans les années à venir!

One-Take et Spent D’nero nous annoncent que Psycho Les des Beatnuts (il me semble bien que nous l’ayons checké à la fin juste au moment où on partait mais je ne veux pas dire de bêtises) et le fils de… Big Pun! (oui vous avez bien entendu) vont arriver en studio, on serait bien resté un peu plus mais c’était ça ou Primo. Je ne regrette pas mon choix aujourd’hui (Stoupe non plus je pense) et j’aurai (je l’espère) l’occasion de repasser dans ce studio lors d’un futur voyage. PS: aux dernières nouvelles The Beatnuts et Tha Liks préparent un album en commun « Liknuts »! Ca sent le très gros projet et ça se passe en ce moment dans ce studio!

La dernière heure est consacré au posage du freestyle, il est quasiment 18h. Dernières discussions et p’tite photo (ratée) avec One-Take et Spent D’nero. Je n’avais pas pris le soin de prendre ma caméra, j’ai pris mon appareil photo et il ne foncionnait pas correctement (ça tombe toujours au bon moment ce genre de trucs lol). Nous partirons finalement à 18h30 et on arrivera vers 19h au Higline Ballroom pour le concert de DJ Premier & Bumpy Knuckles. La suite au prochain épisode!

(One-Take, Enigmo, Stoupe & Spent D’nero)

Goblin Music Studios (Facebook)

Goblin Music Studios (Twitter)

One-Take (Twitter)

Spent D’nero (Twitter)

Japan Hip-Hop Trip

Comment résumer ces quelques jours passés à Tokyo ? C’était vraiment magnifique, en plus d’en prendre plein la vue que ce soit au niveau traditionnel ou hi-tech, le hip-hop a été très présent et m’a suivi pendant ces quelques jours dans la mégalopole japonaise:

Nous étions arrivé avec un jour de retard, le mercredi 13 Octobre (ce qui m’a fait loupé le concert de BigZam et de VIKN) et dès le lendemain je rencontrais enfin Sperb, un des 4 membres de Tetrad The Gang Of Four. Je passe la soirée chez lui, on écrit un morceau en 2 heures sur une prod de Big MG et on en profite pour peaufiner le premier morceau qu’on avait déjà commencé à faire bien avant mon voyage.

Le lendemain on passait aux choses sérieuses, rendez-vous dans le quartier d’Akihabara pour une session studio au Savanna Tokyo Studio ! Encadré par DJ Beert (ingé-son et beatmaker), la session dura à peu près 4 heures (2 morceaux enregistrés) avec des bons p’tits moments, des fous rires et aussi une bonne nouvelle: une photographe (Yoshimi d’Up Set Music) était présente pour prendre quelques photos de notre collabo et elle va publier ça sur un magazine hip-hop/streetwear japonais !

A la fin de la session, DJ Beert nous accompagna jusqu’au cd shop de G.O (rappeur et membre du groupe « Ice Dynasty ») histoire que j’fasse les achats que j’avais prévu depuis quelques mois, j’ai pu trouver à peu près tout ce que je voulais à l’exception du skeud de VIKN « The Six Million Dollar Man »…

DJ Beert, Enigmo & G.O

Par la même occasion, je fais autographier mon skeud et j’balance une dédicace pour Castle Records qui se retrouvera sûrement dans leur prochaine émission (Castle TV):

Le dernier jour je check Sperb une dernière fois pour reparler de la session et des 2 morceaux qu’on avait fait, j’en profitais pour le faire signer sur le livret de l’album de Tetrad:

Je prévois de faire un petit projet sur le Japon où j’vais raconter mon trip et ces 2 tracks seront présentes sur ce projet. Sperb sortira ces 2 tracks aussi de son côté, ce qui permettra de faire deux plus fois de buzz. Ca sera sûrement un EP (6-7 titres) mais je tiens à travailler le truc très sérieusement et à le commercialiser par la suite avec un p’tit clip de notre session studio et un trailer. Sortie prévue: début 2011.

Ki o tsukero !!!!